projet pédagogique

Voici les choix méthodologiques et pédagogiques que nous avons faits pour permettre la mise en œuvre de notre projet éducatif.

 

Nous proposons une école de type « démocratique », qui accueille des enfants âgés de 3 à 18 ans. Dans ce modèle, il n’existe ni classe d’âge, ni « professeur ». Les particularités de ce modèle sont explicités ci-dessous en 9 points.

 

Ces choix sont grandement inspirés d’auteurs tels que Peter Gray, Bernard Collot, John Holt, Daniel Greenberg, Maria Montessori et Céline Alvarez. Ils sont également en cohérence avec les apports récents des neurosciences.

 

 

1. Libre pour apprendre

 

Chacun est libre d’occuper son temps comme il l’entend. 

 

Cette position est nourrie par les écrits de Peter Gray et les recherches en neurosciences qui nous apprennent que c’est lorsque la personne a choisi librement l’activité dans laquelle elle s’implique qu’elle active sa mémoire et que l’apprentissage se réalise au mieux. 

 

Nous insistons aussi sur la possibilité pour la personne d’utiliser ses trois pulsions instinctives d’auto-éducation :

  • La curiosité : la pulsion d’explorer et de comprendre ;

  • L’esprit ludique : la pulsion de s’exercer et de créer ;

  • La sociabilité humaine : l’envie de partager, de confronter ses apprentissages avec les autres.

 

En effet: «  Si l’enfant suit strictement une consigne ou les indications très dirigistes d’un adulte, il ne peut pas correctement développer ses compétences exécutives qui ne sont pas sollicitées: ce n’est plus lui qui organise, fait des choix, détecte ses erreurs, mais le cadre extérieur. » (Alvarez…

 

De plus, lorsque l’enfant est impliqué dans un « jeu libre » (ou jeu auto-dirigé), il sollicite et développe des compétences sociales très pointues: la résolution de problème, la maitrise de ses impulsions, la régulation de ses émotions, la possibilité de se mettre à la place de l’autre, la négociation en cas de désaccord et le fait de traiter les autres sur un pied d’égalité (Gray).

 

 

2. Multi-âge

Mettre en présence des personnes d’âges très variés est un élément d’une grande importance dans notre projet. 

En effet, c’est bien lorsque nous sommes accompagnés par des personnes qui ont un niveau de compétence différent du nôtre que l’apprentissage peut avoir lieu : pour apprendre à l’autre, nous nous mettons dans une posture pédagogique, cela s’appelle l’étayage. 

Ainsi, en favorisant la diversité des âges et donc des niveaux de compétence, nous favorisons les possibilités d’apprentissage.

 

Entre autre, « il a été montré que les enfants d’âges différents adoptent naturellement entre eux cette posture pédagogique naturelle : ils se guident les uns les autres dans leur exploration du monde en pointant les éléments importants à prendre en compte ; ils échangent leurs expériences et leurs connaissances, de manière naturelle, progressive et adaptée. » (Alvarez, p.85)

 

Cet étayage est également présent pour les apprentissages sociaux.

Ainsi : « Ce mélange des âges et cette horizontalité permettent également à tous les enfants de se confronter à une plus grande variété de comportements sociaux. Ils peuvent ainsi naturellement encoder et appréhender les rouages des relations sociales d’une façon beaucoup plus riche qu’en étant uniquement confrontés à des camarades du même âge ». (Alvarez, p.89)

 

 

3. Une personne = une voix

 

Chacun, au sein de l’arbre des possibles, a une voix délibérative.

Ceci implique que nous reconnaissons que chacun.e :

  • a la même valeur ;

  • a droit à exprimer son point de vue ;

  • a le même droit de parole.

 

L’instance qui permet d’exercer cette voix délibérative, au-delà du quotidien de l’école, est le conseil d’école.

 

 

4. Cadre bienveillant

 

Nous choisissons de réguler les conflits et les interactions sociales de manière non punitive.

 

Ceci implique une certaine posture de l’équipe (lien vers « accompagner et nourrir ») et l’utilisation d’outils tels que  : 

  • l’écoute active;

  • La communication non-violente;

  • Les conseils de médiation.

 

Les conseils de médiations sont un moment où une personne peut déposer un problème et être entendue. Elle pourra également entendre le point de vue de la personne avec laquelle elle est en conflit et tenter de trouver avec elle une solution (à l’aide d’un médiateur).

 

 

5. Cadre sécurisant

 

Le cadre de liberté offert par l’arbre des possibles est néanmoins un cadre sécurisé.

En effet, le rôle des membres adultes de la communauté sont entre autres, d’assurer la sécurité des personnes et de rassurer ceux qui en auraient besoin (Gray).

 

Afin de poser ce cadre de sécurité, nous avons choisis d’appliquer les 5 règles non négociables de la Ferme des enfants :

  • Je préviens de mon arrivée et de mon départ

  • Je prends part aux services collectifs

  • Je me rends disponible pour les médiations

  • Je valide ma carte commune (= je prends connaissance des règles et outils utilisés à l’arbre des possibles)

  • Je ne joue pas aux jeux vidéo à l’école

 

 

6. Richesse de l’environnement

Dans le modèle démocratique, la richesse de l’environnement est un point crucial pour permettre à chacun.e de développer les compétences souhaitées.

 

Cette richesse de l’environnement se décline en trois points :

 

La qualité de l’équipe
  • Notre postulat : nourrir les besoins de l’enfant

  • Les modèles théoriques qui soutiennent nos choix et notre action pédagogiques (théorie de l’attachement, des besoins, Montessori, Peter Gray, Céline Alvarez, ..)

  • Une formation continue assidue et au fait des dernières avancées en éducation

  • Une clarté quant au rôles choisis et endossés par les différents membres de l’équipe

  • La richesse des personnes ressources (qui viendront proposer des compétences de manière ponctuelle ou à long terme).

 

La qualité des espaces
  • Les lieux sont pensés et adaptés aux différents besoins de l’être humain : médiathèque, local artistique, local musical, local sportif, …

  • Le matériel et les outils proposés sont riches et diversifiés : naturel, mécanique, technologie, …

  • Au plus proche de l’environnement naturel de l’être humain : la nature

 

La qualité de la gouvernance
  • Cultiver une posture : confiance – humilité – non jugement

  • Co-construction d’un cadre de sécurité (tensions)

  • Une raison d’être

  • Décider qui décide de quoi (cercles et rôles)

  • Outils et procédures de prise de décision (consentement zéro objection, élection sans candidat, …)

  • Créer du « nous » : culture commune en intelligence collective

 

7. Une alimentation saine

 

Afin d’être en cohérence avec les valeurs portées par le projet éducatif, nous avons choisi une visée d’autonomie alimentaire, respectueuse de l’environnement et de la santé de tous.

 

8. Un modèle vivant

 

Etant dans un modèle vivant au rythme des envies des enfants, les compétences qui seront proposées évolueront avec les personnes présentes à l’arbre des possibles. 

 

Grâce à notre fonctionnement en gouvernance partagée, toutes les demandes, propositions d’évolution, etc. seront également prises en compte et amèneront un mouvement perpétuel.

 

 

9. Créer du bien vivre ensemble

À travers les points explicités ci-dessus, nous visons à développer un bien vivre ensemble.